Ceci n’est pas une critique.

Ce n’est pas une pipe non plus d’ailleurs.

C’est ça une pipe Petit Buisson :

pipe

Bref.

Il faut que je te fasse une confidence, mon Petit Buisson chéri : je n’aime pas la SF.

Cris, larmes, sang, désespoir, dans le fond un enfant hurle et on voit une femme s’évanouir.

Non, je n’apprécie pas particulièrement la Science Fiction, en livre tout du moins, je trouve le genre ardu, difficile d’accès, les récits souvent inutilement compliqués voir complètement aberrants.

Il y a quelques mois cependant, me baladant sur le net, un cours en ligne (MOOC pour les intimes) attire mon intention. C’est un cours proposé par l’université d’Artois qui se propose de faire découvrir à ses élèves le genre de la science fiction, son histoire, ses subdivisions, ses médias, et j’en passe et des meilleurs. Attirée et intriguée, je m’inscris (toi aussi tu peux le faire jusqu’au 22 juin, le cours est en ligne jusqu’au 26 du même mois). Ravie de (re)découvrir cette nouvelle frontière (1), je m’engage, sur un coup de tête un peu fou, dans un projet à renouveler sur plusieurs années, si le blog tient jusque là :

Le Challenge SF de l’été

Bravo, hourra, foule en délire, on lance des fleurs, un soldat américain embrasse une jeune femme à la robe printanière.

Ce challenge est simple : je vais lire 4 livres et faire 4 critiques pendant les mois de juillet et août pour te (et me) faire découvrir la SF.

Cette année, les 4 livres viendront chacun d’un pays différent, et permettront de comprendre comment chaque tradition nationale s’approprie la SF et ce qui les différencient de la SF « à l’américaine ».

Le choix des livres repose sur plusieurs critères :

  • il faut qu’au moins trois livres sur quatre soient en français (les puristes peuvent aller hurler plus loin, merci).
  • il faut que ces livres soient, sinon archétypaux, au moins représentatif de la tradition littéraire ou du courant dont ils sont issus.
  • ce seront, autant que possible, des one-shot ou des tomes d’une série qui sont séparable.

Pour le reste, c’est la fête du slip. Il est possible qu’a terme ce challenge s’étende aux BD(2) mais pour l’instant on reste sur du roman.

Afin que tu te fasses une idée à l’avance de mon été littéraire, je te présente les nominés de cette année:

  • Pour la Russie : Stalker, d’Arcadi et Boris Strougatski (1972)
  • Pour la France : Les guerriers du Silence, de Pierre Bordage (1994)
  • Pour la Chine : Le problème à trois Corps, de Liu Cixin (2016)
  • Pour le Québec (3)Le silence de la Cité, d’Elisabeth Vonarburg (1981)

Tous ces romans correspondent à la seconde vague de diffusion de la SF, poste 1950, où les auteurs Américains étaient prédominants sur le marché.

Tu constateras que ça reste très européano-centré, avec une brève incursion en Asie de l’est et en Amérique du Nord. J’aurais aimé parler d’afro-futurisme, de l’émergence de la SF moyen-orientale ou de la SF sud-américaine mais celles-ci relèvent à mon avis plus d’un courant, voir d’un genre spécifique, que d’une tradition purement nationale. Peut-être que je me trompe et dans ce cas tu te feras un plaisir de me le dire en commentaire et je me ferais un plaisir d’élargir mon horizon littéraire.

Voilà le programme Petit Buisson ! En attendant ce bel été, une nouvelle chronique, de Fantasy cette fois-ci, est à paraître en juin.

Et comme disait Buzz l’Éclair : Vers l’Infini et Au-delà !

(1) Oui parce que si je n’apprécie pas particulièrement la SF j’en connais quand même les résidus infusés dans la Pop Culture

(2) Oui parce que si je n’apprécie pas particulièrement la SF en livre je suis une grosse fana de BD SF, particulièrement la BD SF franco-belge, l’Incal et Le Vagabond des Limbes étant mes chouchous à égalité avec Valérian et Laureline et Alef Tau. J’ai jamais dit que je n’étais pas contradictoire.

(3) JE SAIS le Québec n’est pas un pays à part entière, épargnes ton clavier Petit Buisson.

Une réflexion sur “Ceci n’est pas une critique.

  1. Bonjour,
    un Roland C. Wagner (les futurs mystères de Paris, par exemple) aurait très bien convenu également, mais Bordage est une valeur extrêmement solide. Bonne(s) lecture(s) !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s